Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 15:05
La profondeur, le sacré… avec tout
La profondeur, le sacré… avec tout

Extrait de Dialogue sur le chemin initiatique, K.G. Durckheim Entretiens avec Alphonse Goettmann

 

Les sens jusqu'à aujourd'hui encore sont pour moi plus proche de Dieu que les pensées ou la conscience rationnelle.  Avec la qualité des sens on ne peut pas tricher, ils sont  ce qu'ils sont, ni plus ni moins,  ils nous touchent immédiatement. 

 

 Je me sens souvent dans mon enseignement de cette phrase des Pères  disant que nos cinq sens pouvaient être des portes ouvertes sur l'invisible.  Cela se réalise à la condition que l'on sache demeurer dans la sensation ; il s'agit d'y rester sans bouger et de permettre à la qualité qui nous touche de percer la surface de notre conscience ; par là nous quittons sa présence objective et peu  à peu elle fait partie de nous-mêmes dans notre profondeur : c'est l'éveil à la transcendance, dont la qualité vue de l'extérieur est pourtant hors de nous…
 L'expérience d'une qualité sensorielle est tout à fait autre chose que son concept.  Le bleu qu'on voit n'est pas le bleu qui se distingue conceptuellement du rouge !  Car dès qu'on s'empare conceptuellement d'une qualité, ce n'est plus la qualité qui nous touche mais son interprétation conceptuelle qu'on y a ajoutée et qui nous sépare de la réalité immédiate.  Dès qu'on nomme une expérience ou qu'on l'explique rationnellement, on prend du recul et la distance s'introduit, la réalité n'est plus la même, la vie se dessèche…  Voilà pourquoi les mystiques ont toujours dit à la manière de Saint-Paul « Voir comme si on ne voyait pas, entendre comme si on n'entendait pas, toucher comme si on ne touchait pas, posséder comme si on ne possédait pas… »
 Au Moyen Âge il a fallu percer le brouillard des images traditionnelles sur le corps ; aujourd'hui c'est le brouillard épais produit par notre conscience rationnelle et le cartésianisme qu'il faut percer pour arriver à prendre au sérieux la réalité qui ne peut être comprise par l'intellect.  Sobre, dans le temps, était celui qui pouvez s'éveiller à la faculté du rationnel, aujourd'hui, sobre est celui qui est capable de s'en libérer et de se laisser toucher par les dons immédiats de son cœur. (on constate que dans le couple par exemple on est loin de cette qualité)  Ce n'est que dans la mesure où nous sommes capables de nous ouvrir à ce qui touche notre intériorité, que nous pourrons rencontrer notre vérité profonde, tandis que le rationalisme hausse les épaules en disant :  « Ce n'est que subjectif ! »
 Je me souviens encore d'une de mes protestations alors que j'étais étudiant…  Le professeur disait que le son do est de 256 vibrations par seconde.; je me levai brusquement pour dire : « Vous ne pouvez dire cela, vous pouvez prétendre  avec raison que lorsqu'on entend le son do, il y a un médium qui vibre à cette vitesse, mais le son comme tel, c'est tout à fait autre chose.
  • Expliquez-vous  !
  •  Le son do est une qualité particulière bien différente du son , chaque son donne une certaine ambiance, quelque chose qui vous touche clairement… 
  •  Oui, je comprends, mais tout cela n'est que subjectif, la réalité objective, c'est uniquement les ondes… 
  •  Mais je vis avec les sons, non avec ses vibrations et ces ondes-là !
  •  Tout cela est subjectif, la seule réalité objective ce sont les ondes ! »
 C'est dans cette phrase que se manifeste la grandeur et la tragédie de l'esprit occidental. Grâce à cette prétention, que ce sont les ondes qui représentent la seule réalité, s'est développée la science de la nature, la grande technique, les découvertes de la médecine, de la physique,  et tout ce qui fait la grandeur de l'Occident admiré partout.  Mais on a sacrifié l'intériorité de l'homme ; l'homme en tant que sujet n'est « que » quelque chose de subjectif…  et en disant cela on perd de vue l'homme dans la totalité. (…)
 Il faut d'abord prendre conscience, être ouvert à l'appel de l'Etre profond. Au commencement du développement spirituel se trouve cette prise de conscience de quelque chose de tout autre en nous-mêmes.  Le véritable guide spirituel et celui qui aidera à faire cette réalisation consciente par la prise au sérieux de certaines expériences que l'on a faites au cours de sa vie. (…)
 Tous les dons, tous les sens doivent s'affiner, passer du grossier au fin, de l'extérieur à l'intérieur. Comme le gourmand a la chance de devenir gourmet, le corps physique a la chance de se dépasser en s'ouvrant au corps éthérique, la conscience épaisse  devient capable de discernement, etc.  La sensation du corps dans son entier se réveille à travers l'éveil de la matière fine que représente le corps éthérique.  Le corps physique se manifeste par de grosses vibrations et l'autre par des vibrations fines dont sont composées les grandes ondes.  Mais les petites ondes dépassent le corps physique de sorte que l'homme qui est éveillé à sa matière fine n'est « bien dans sa peau » que dans la mesure où il dépasse sa peau.  Autrement dit : les qualités sensorielles passent de la surface à la profondeur.  Le mot profondeur veut dire bien autre chose qu'intensité ; est profond, toujours, ce qui engagent l'homme avec le tout de sa personne ; plus son être entier est engagée, plus ses sentiments sont profonds.  Plus ses sentiments sont superficiels, plus il n'est engagé qu'avec une partie seulement de lui-même. Dans la profondeur c'est l'Etre qui est en jeu, Il engagent l'homme entier et lui donne sa vraie responsabilité.  Il est donc très important d'apprendre à faire la distinction entre l'intensité d'un sentiment et sa profondeur. Il y a des sentiments extrêmement forts, intenses, qui sont plats, sans profondeur et il y a des sentiments d'une grande profondeur qui sont à peine un souffle très léger et pourtant vous touchent profondément. (…)
 Le plus gros obstacle face à l'Etre essentiel qui est vie, dynamisme créateur, c'est tout ce qui est statique, opposer à tout changement, à tout développement. Il s'agit du moi existentiel qui peut être définie comme un « je »  tournant toujours autour du désir statique de pouvoir maintenir une position. C'est sans doute la définition la plus simple du « moi » opposé à l'Etre. ; il ne s'intéresse qu'à une chose : maintenir sa position où que ce soit et à tout moment,  qu'il s'agisse d'une position matérielle, de la réputation dans la société, d'un rôle dans la hiérarchie sociale, de son prestige, de ses finances, de sa santé…, tout ce qui assure finalement une certaine sécurité, un certain plaisir, face aux changements de la vie.
La profondeur, le sacré… avec tout
La profondeur, le sacré… avec tout

Partager cet article

Repost 0

commentaires

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins