Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 11:14
La réalité oui mais laquelle ?

Plongés dans la dualité, nous nous exprimons le plus souvent dans un langage antinomique. Celui-ci reflète nos pensées et nos habituels comportements. Toute dualité opprime et déchire. Les notions Bien-Mal, Haut-Bas, Masculin-Féminin, Temps-Eternité nous semblent irréconciliables.
Ces constantes divisions peuvent être surmontées, à condition de les libérer de leur pesanteur. Seul le détachement de notre propre multiplicité opère cet allègement en profondeur. Renoncer à la double voie positive et négative exige le respect des différences et permet de saisir la richesse des complémentarités. Les mythes et les symboles servent de guides.
Le choc des contraires surmonté, la dualité s'estompe : de mystérieuses fiançailles s'ébauchent entre les opposés. Soudain une révélation intérieure éclaire et engendre un nouveau regard, une conscience neuve. Aussitôt un éveil intérieur se produit. Sorte de résurrection permettant de comprendre que Tout est Noces. Après l'angoisse, la jubilation, l'orientation vers l'unité

Marie-Madeleine Davy

La réalité oui mais laquelle ?

Extrait des Sommets de la nouvelle physique et de l'expérience mystique, Robert Linssen 

 

 Les progrès rapides de la physique nous révèlent que nous voyons le monde à l'envers. Sous l'influence du physicien Oppenheimer de l'Université de Princeton se créa, entre 1960 et 1970, le fameux  « Groupe de Princeton »  dont les conclusions furent rédigées par le professeur Ruyer, de l'Université de Nancy, dans son livre la gnose de Princeton.  Il y est révélé que notre approche surffacielle  des choses ne nous révèle que l'Envers multiple du décor, sa multiplicité d'objets apparemment séparés. Les qualités et les formes particulières que nous prenons pour de l'argent comptant résultent d'une échelle d'observation particulière et limitée.

 En revanche, l'Endroit de l'univers en est la base et le fondement. Son unité essentielle est de nature spirituelle. À ce niveau ultime se révèle la non-séparabilité d'un champ de pure conscience prioritaire par l'omniprésence et l'omnipénètration de sa lumière nouménale.
 
 Ces révélations me bouleversèrent profondément. Leur exactitude se confirma lorsque les expériences du célèbre physicien J. A. Wheeler  mirent en évidence l'importance des interactions existant entre tout observateur, les échelles d'observation et les phénomènes observés.  Les expériences utilisant les photons dans les « deux fentes » et celles du « choix retardé » m'aidèrent à comprendre et à admettre que la vision de Shankaracharya présentant l'univers comme résultant d'un vice de fonctionnement du mental  n'était pas aussi extravagante qu'elle m'avait paru de prime abord. (…)
 
 Ainsi que le déclare Michel Random : 
« Nos sens sont portés à des sensorialités de plus en plus fines, au point que nos pensées elles-mêmes possèdent une sensorialité, donc une corporéité qui s'étend jusqu'à la vision ultime de l'homme revêtu de son  corps de lumière. Ce corps est aussi une réalité ultime de la matière. »
 
 C'est enfin l'œuvre de Gérard Tiry, sémanticien disciples de Korzybsky, qui me révéla l'ampleur du piège que nous tend l'ensemble des perceptions sensorielles. Je me liai d'amitié avec Gérard Tiry, lui mais-même informer du zen et de l'enseignement de Krishnamurti.  Il publia vers 1970 Approche de l'événement, complété par une étude remarquable La connaissance du Réel, publiée en 1994, démontrant que le traquenard que nous tendent les perceptions sensorielles si nous ne percevons pas les détails de leur mécanisme.
 
 Gérard Tiry nous révèle l'importance de la part d'erreur, du caractère fragmentaire de nos perceptions sensorielles dans La connaissance du Réel (p.84).  Il écrit : « La pensée c'est repliée sur elle-même et devient partielle, elle se développe en une ruminations sans fin, dans laquelle la mémoire joue le rôle du monde extérieur et se substitue à lui. Nous vivons des images et des sentiments que nous avons accumulés dans notre système nerveux.  La mémoire est un monstre ; si nous faisons le monde qui nous entoure le plus concret possible, celui qui ne nous entoure pas, à un moment donné, se trouve dans notre mémoire, il est totalement abstrait. Nous nous servons à tout moment de l'évocation  mentale, l'imaginaire crée ses propres réalités, nous donnons des formes à la matière, c'est formes sont élaborées en nous et restent en nous, nous continuons à les manipuler et elles font partie de notre univers propre d'objets, de relations et de sentiments. »
 
 Il est important que nous prenions conscience de l'ampleur des malentendus résultant de ce processus. Telles sont les raisons pour lesquelles Sri Nisargadatta Maharaj déclare que notre perception de l'univers résulte d'une fraude au cours de laquelle l'image que nos perceptions sensorielles ont laissée dans nos neurones prend la place du monde extérieur.  Nous ne le percevons pas tel qu'il est. Le mécanisme de nos perceptions contribue à notre insu à une sorte d'usurpation et d'imposture masquant à nos yeux l'aspect de la réalité du monde extérieur tel qu'il est.
 
La réalité oui mais laquelle ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins