Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 14:01
Cultiver la maturité dans nos actions privées et publiques

Extrait de, La percée de l'Etre ou les étapes de la maturité, Karlfried Graf Durckheim

 

 

Le manque de compréhension de la maturité humaine est partout discernable chez nous, tant dans le domaine de la philosophie, de la conception de l'homme, que dans la vie quotidienne. La maturité n'a jamais été le concept placé au centre de notre philosophie, ni le but fondamental de notre éducation,  pas plus que l'étalon de mesure de la valeur d'un homme. Le résultat en est un effrayant manque de maturité, dont les effets sont désastreux sur tout les domaines de la vie, tant dans ceux de la vie politique, économique, et scientifique, que dans la vie privée, sans oublier notre santé. (…)  Le psychothérapeute sait que les crises conjugales, toujours plus fréquentes, ont pour cause l'absence de maturité des conjoints. La plupart des maladies et des névroses peuvent être élucidées à travers la découverte de « ce qui bloque » sur le Chemin de la maturité.  Aujourd'hui, c'est un devoir des plus urgents de méditer ce qu'est la maturité humaine, du fait que ce manque de maturité se soit développée à tel point.  Comment peut-on comprendre cette situation désastreuse en ce qui concerne la maturité ?

 Un exemple, plutôt qu'un large développement théorique, nous conduira au cœur du problème. Un jour, un industriel, homme estimé de tous vint me voir.  Voici comment il se présenta : 
« Monsieur, dites-moi, je vous en prie, ce qui me manque ?  Les médecins m'assurent que je suis en parfaite santé. Je n'ai aucun souci financier. Je n'ai rien à me reprocher, les gens qui travaillent à mon service m'estiment, et de tous côté on m'envie. Et pourtant, quelque chose en moi ne tourne pas rond. »
 « Qu'entendez vous par là, lui demandai-je ? 
« Croyez-moi ou non, Monsieur, répondit-il., quoique ma situation soit parfaitement établie, je suis un angoissé ; malgré mon honnêteté, un sentiment de culpabilité  me taraude, et au milieu des richesses de ma vie, je me sens comme habiter d'un vide. »
 Combien de fois ai-je dû entendre le même refrain : angoisse dans la sécurité, culpabilité dans une vie apparemment droite, vide intérieur au centre d'une plénitude dans l'existence. Qu'y a-t-il à la base de tous ces paradoxes ?
 Je lui demandai : 
— Dites-moi la devise dominante de votre vie ? 
Sans hésiter, il me répondit en bombant le torse : « je peux vous le dire. Elle se résume en quatre mots. Ces mots sont épinglés  au-dessus de mon bureau et dans tous les locaux de mon entreprise. » 
— Quels sont ces mots ?
Avec l'accent de la plus profonde conviction, sûr de prononcer une vérité irréfutable il répondit :   « Le rendement est tout. »
— Comment ! m'écriai-je, le rendement est tout ? Mon pauvre ami, alors je ne m'étonne de rien.
 La physionomie de mon interlocuteur prit un aspect tragi–comique. Il pâlit, fronça les sourcils, ricana et me fixa d'un regard interloqué. 
— Sérieusement, lui dis-je, vous croyez réellement que le rendement est tout ?
 — Oui, qu'y a-t-il d'autre ? répondit-il d'un ton irrité.
Je repris : 
— évidemment, je ne dénie pas la nécessité pour chacun d'entre nous de fournir un effort en vue d'un résultat tangible dans le domaine économique comme dans un autre. Mais  pensez-vous sérieusement que le sens de notre vie, la valeur d'un homme et son salut dépendent uniquement de son efficacité ?
— Mais de quoi d'autre ? questionna-t-il, légèrement ébranlé.
— N'avez vous jamais  entendu parler d'un chemin intérieur intérieur confié à l'homme tout autant que son œuvre visible ? N'avez vous jamais entendu parler de la nécessité et de la bénédiction d'un cheminement progressif d'une maturation intérieure, sans laquelle il n'y a pas de paix ?
 A ces mots, le visage de mon vis-à-vis s'assombrit, et d'un geste tout à la fois de refus et de mépris,
il dit : 
— Peut-être pensez-vous à la religion ou à quelque chose de semblable ? Cher monsieur, nous n'avons pas de temps à perdre à de telles vétilles,  avec elles on ne peut ni construire ni adapter son chemin dans le monde.
 
Cette réponse est typique. Elle révèle l'abîme dans lequel nous nous trouvons. Des hommes comme celui-là, souvent cultivés, capables, bien intentionnés, sont emprisonnés dans l'idée fixe du rendement, dans  l'aberration qui les mène à réduire leur existence à des succès extérieurs, en se croyant obligés de cacher toute infériorité. Le résultat en est qu'il ne subsiste d'eux qu'un animal à haut rendement, attelé aux exigences matérielles du monde ; dans l'unilatéralité  de son existence, il est la caricature de ce que l'homme est, et devrait devenir toujours davantage : une unité de corps, d'esprit et d'âme. (…)  L'homme représenté par cette image, malgré ce qu'il sait, ce qu'il a et ce qu'il peut, reste un enfant, parce que son âme ne s'est pas développée. Extérieurement un adulte, il n'est pas parvenu à la maturité intérieure, il n'est pas maître de lui-même, il est plein d'illusions devant la destinée et finalement il  échoue dans la vie parce qu'il a raté l'épreuve de la vie, vis-à-vis de lui-même. Tout cela ne représente que la suffocation de l'âme négligée, qui s'exprime dans des sentiments incompréhensibles d'angoisse, de culpabilité, et de vide, ressentis par bien des hommes  qui pourtant vus de l'extérieur donnent l'impression d'avoir atteint le sommet de leur épanouissement. Les autres, qui ne voit pas l'intérieur, peuvent admirer la façade. Derrière elle, végète un malheureux qui paie son absence de maturité par des souffrances intimes et un manque de sérénité,  sans parler du mal qui émane de lui. 

Partager cet article

Repost 0

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins