Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 14:21
fractale-5.jpg
"Ce n'est pas parce que nul ne voit la vérité qu'elle devient une erreur."
                                           GHANDI
 



fractale-21.jpg                                                     fractale-26.jpg                             
 
Quand on a une maladie il est difficile d'en saisir le sens. La gravité de celle-ci rend son décodage particulièrement ardu. Il est donc prétentieux d’être absolu à propos de ou des, quoi que déjà plus vraisemblable, explication(s) sur l’origine du trouble en question. Ceci en raison de la complexité du corps humain dans son ensemble qui ne peut être réductible, mais également en raison du caractère relativement « imprévisible » de la manifestation d’un trouble ainsi que de la somme des nombreux facteurs en corrélation directe ou indirecte pouvant interagir et participer à l’apparition, à un moment n, d’une pathologie. Cela étant dit, il semble plus juste de présumer qu’une affection a des causes multifactorielles.
 
* Il y a tout d’abord les facteurs internes à l’individu tels que notre héritage génétique (ex. maladies monogénétiques) lequel fusionne à notre propre alchimie ainsi que nos attributs et constructions psychiques.

L’attitude permanente de chaque personne dans la gestion de sa vie et pour une grande part issue d’une interprétation mentale. Songeons par exemple au stress et à son éventail de dommages sur la santé ou bien aux diverses attitudes négatives vis-à-vis de soi même (Négativité, Dépression, Obsession). Les neurosciences ont d'ailleure montré que chez les personnes qui se disent heureuses le cortex préfrontal gauche est plus developpé, plus actif alors que chez les personnes déprimées, aux sentiments négatifs c'est le cortex préfrontal droit qui est plus actif. On constate donc bien l'mpact des pensées sur le cerveau.

Il y a également les effets de l’alimentation et des pollutions acquis pendant la grossesse.

Enfin on trouve le terrain (cf. Claude Bernard), les typologies de Vannier (cf. Homéopathie), les toxémies (acquises lors de la vie et hérité) et les 5 éléments chinois qui singularisent et prédestinent le patient vers tel ou tel trouble de santé.
 
* Ensuite se rajoutent de nombreux facteurs externes qui se combinent à notre complexité interne :

---> Les tempéraments (cf. Hippocrate, MTC, Ayurveda),

---> Les diathèses (cf. Ménétrier) : traduisent des états de santé/maladies. Un individu peut se trouver dans un des 4 états de maladie à un moment de sa vie ou bien dans un état intermédiaire,

---> Les habitudes alimentaires plus ou moins néfastes hérités (développement du goût pendant la grossesse) et acquises (enfance, âge adulte, vieillesse). 

---> L’impact de l’environnement plus ou moins toxique dans lequel nous vivons. Les effets mettent souvent plusieurs années avant d’apparaître.

---> Les facteurs sociaux qui révèlent des tendances morbides très variables selon le cadre dans lequel chaque individu évolue. Par exemple, l’obésité aux Etats-Unis a d’abord touché les personnes les plus pauvres. Les ouvriers ont une espérance de vie plus courte en raison de la pénibilité de leur métier et de leur contact à des matières toxiques (amiante, vernis, colle, peinture).
 
---> La Sédentarité est un phénomène qui s’est très largement généralisé à partir des 30 glorieuses. L’arrivée de l’automobile et des services adaptés à elle ont largement contribué à cette sédentarité. Il y a même aujourd’hui des centres commerciaux virtuels qui offrent un service d’auto drive, on ne sort de sa voiture que pour ouvrir son coffre (et encore !) ou bien on peut être livré directement à la maison. Le fait de ne plus trouver de petits chemins au bord des routes participe à amplifier cette absence d’exercices physiques. Ses effets conduisent à une atrophie du cœur et de l’ensemble des muscles avec comme conséquence une faiblesse du maintien osseux ; à une augmentation de l’obésité par manque de dépense calorique ; à une faiblesse générale ainsi que des tendances à la dépression nerveuse.
 
Enonçons enfin les origines subtiles plus difficiles à mentionner car la terminologie utilisée à cette fin est souvent confuse ou rattachée à de nouveaux dogmes religieux ce qui rend la tâche peu aisée.
L’aspect subtil de la maladie est aussi délicat à évaluer tant les notions auxquelles il renvoie ont été galvaudées, ridiculisées ou méprisées. Le ridicule est une condamnation !
Les termes conduisent par ailleurs à de nombreux paramètres aux limites parfois floues ou inaccessibles pour nos sociétés occidentales très éloignées de la prise en compte de ce qui ne se voit pas ou ne se mesure pas. L’image mentale est donc importante.
Il faut néanmoins prendre en considération ce sujet avec discernement et honnêteté afin de ne pas se priver d’une vaste dimension dans l’interprétation de la santé.
 
Les savoirs anciens, même en Occident, consacraient une part non négligeable à la prise en compte de questions spirituelles et ésotériques dans la plupart des traitements. L’invisible faisait partie du visible. Ce sont aussi les vices et les vertus des êtres humains que l’on corrèle à leurs maux ou guérisons, c’est le cas de la médecine de Sainte Hildegarde il y a 800 ans.
Que ce soient les approches des chamanes de différentes civilisations, la médecine alchimique de Paracelse ou l’Ayurveda elles prennent en compte le rapport de l’homme à la nature globale (sa nature « mentale et spirituelle » et la nature qui l’entoure). La dimension énergétique de l’homme est aussi primordiale dans la médecine traditionnelle chinoise, l’Ayurveda ou le Yoga thérapeutique. Depuis quelques années on trouve également de nouveaux regards sur la santé avec la mise au point de nouveaux traitements, de traitements issus de la physique quantique, des mémoires cellulaires, des diagnostics faits à partir de la bio-énergie sur le champ d’énergie humaine, etc...
 
Voici la diversité d’angles que recouvre la sphère du subtile et qui peuvent avoir une influence sur la santé (ces angles peuvent se recouvrir) :
 
---> communication cellulaire,
---> héritage karmique (cf. le Bouddhisme),
---> enveloppes spirituelles (cinq gaines corporelles : PANCHA-KOSHA),
---> implants,
---> troubles dans l’un de nos corps subtils (cf. principes de l’homéopathie, principes tantriques « anatomie subtile »),

---> perturbation d’un centre d’énergie, d’un cheminement d’énergie dans le corps (cf. Chakras, nadis, méridiens),

---> impact du lieu d’habitation (cf. géobiologie, rayonnements à basse fréquence et champs électromagnétiques),

---> troubles issus d’envoûtements ou d’hétéro suggestions (cf. magie, jalousies),
---> rapports entretenus avec la nature (promenade, consommation de viande, protection des animaux, respect de la nature).
  
Il est évidemment dommage de s’écarter de ce savoir pour des raisons de soi disant objectivité. A partir du moment où il y a des résultats, s’interroger sur la pertinence scientifique ou pas de ces questions conduit à une impasse alors que si l’on utilise différentes de ces connaissances en ce disant qu’elles peuvent au mieux apporter du positif et au pire rien de fâcheux alors pas de crainte à avoir. Il est important de comprendre, mais pas de se laisser enfermer par cette volonté. Si ces approches ne donnaient rien on pourrait se dire que ce ne sont que des balivernes, mais heureusement la réalité prouve le contraire avec des effets curatifs et qui plus est avec des cas de rémission de maladies dites incurables. Ces faits de plus en plus nombreux sont soit inaccessibles au cadre d’analyse de la science soit tout simplement rejetés par une certaine science ! Economique !
  
Selon sa gravité, un trouble de santé, vous l’avez compris, ne peut être réductible à un facteur explicatif sauf dans les cas de troubles directs. Soyez donc suspicieux et critique lorsque vous rencontrez un thérapeute qui prétend que son approche est la bonne pour expliquer la cause de votre trouble. Une maladie peut être à la fois physique, psychique et subtile. Décoder son sens est une aventure vers soi-même. Elle ouvre un chemin vers l’intériorité, c’est une promenade plus ou moins facile sur notre chemin intérieur. Notre chemin de vie.
 
Il n’y a pas une bonne approche mais des approches c’est-à-dire des angles de vues différents et complémentaires pour appréhender l’être humain. Qu'elles soient des approches de la santé dites « alternatives » ou des approches dites « conventionnelles » aucun savoir n’est à écarter car chacun d’eux offre une lecture du corps intéressante. Le corps global est trop complexe pour qu’il soit raisonnable d’ignorer une méthode. Il ne faut pas non plus considérer les réponses à apporter à la personne malade comme étant  forcement compliquées. La simplicité doit donc être une alliée importante pour la compréhension et l'aide à apporter à un patient ou à soi-même.
 
 
  Christelle GIACOMONI

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hygie - dans Comprendre
commenter cet article

commentaires

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins