Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 17:53

Dans la pratique, « l’ego» (ahamkar), sens de l’individualité séparée (ou du moi et du non-moi) et le « mental » (manas) sont une même réalité — ou plutôt une même apparence. L’être humain normal est constitué par un « Je » recouvert par le mental. Ce terme « mental» comprend non seulement les pensées mais les émotions et les sensations, non seulement le conscient mais l'inconscient, autrement dit tout ce qui est relatif et soumis aux paires d’opposés. « Je » est stable, le mental est sans cesse changeant. « Je » est la réalité, le mental est l’apparence. Et surtout, c’est le mental qui aime et qui n’aime pas, qui a des désirs et des répulsions, ce n’est pas « Je ». «Je » est neutre. On peut être un saint et conserver un mental, donc la conscience de la dualité. Le sage est affranchi du mental. Nous avons l’habitude de distinguer le mental et le corps beaucoup pius que ne le font les Orientaux qui les considèrent comme une unité, body mind complex.

(…)

Dans l’identification demeure une dualité Je et l’objet de l’identification. Deux peuvent toujours être séparés. Deux ne peuvent pas ne pas être tôt ou tard séparés. Aucune identification n’est définitive. (...)

L’identification par fixation des pensées fait croire à l’unité mais cette fausse unité sera forcément rompue par des conditions ou des circonstances nouvelles. Dans les débuts de la passion amoureuse, de l’amour-fascination, chaque partenaire croit sincèrement ne faire qu’un avec l’autre. Mais la vérité est qu’il ne ressent pas « Je suis l’autre. » Il ressent «L’autre est moi. » Cette identification, qui est un jeu du mental, est détruite dès que l’autre montre qu’il est, en effet, un autre en se conduisant différemment de ce qu’attend le partenaire. (...)

 

« Je » est vérité, le mental est mensonge. Le véritable Créateur, c’est le mental. Le mental crée sans cesse autre chose que ce qui est. Mais, s’il n’y a pas de degrés ou de niveaux dans le « Je », qui est absolu, il en existe à l’infini dans le mental qui est relatif. On peut les distinguer selon leur degré d’irréalité.

Le sage, le « libéré-vivant », est affranchi du mental. Il est un tattwa darsee quelqu’un qui voit ce qui est. Tat signifie cela. Tattwa est traduit en anglais par thatness, le fait d’être cela. Tattwa jnana est la connaissance de la vérité, la connaissance suprême. Le sage vit dans la conscience supra-normale de l’Unité. Tout ce qu’on dit du Brahman, de l’Absolu, on peut le dire de lui : « Je suis sans un second », « Je suis et rien d’autre. » Non pas : « Je suis et tout est moi », ce qui est la vaine et caricaturale prétention de l’ego, mais : « Je suis et je suis chaque chose. »Non pas : « Vous êtes moi » mais : « Je suis vous. » S’il y a « autre chose », quoi que ce soit, je suis aussi cela. 

 

Dès que le mental apparaît, la dualité apparaît ou dès que la dualité apparaît, le mental apparaît. Dès que la dualité apparaît, le conflit apparaît. Si un autre que moi n'a avec moi aucun champ d’action commun, si nos intérêts n’interfèrent jamais, c’est comme s’il n’existait pas pour moi et on ne peut plus parler de dualité. Mais s’il y a effectivement deux, un mouvement s’élève tout de suite en moi pour annihiler cette dualité, pour que l’autre devienne « un autre moi-même » (alter ego) dont je n’aie rien à craindre et tout à attendre. Le schéma du mécanisme général est très simple. On s’identifie à ce que l’on aime chez l’autre, on s’attribue ce qui apparaît positif en lui. On refuse et condamne violemment les traits que l’on ne veut pas reconnaître en soi-même et que l’on reconnaît en l’autre. Enfin, on projette sur lui tout ce que l’on ressent en soi comme négatif et on l’accuse de ce dont, au plus profond de son cœur, on est bien obligé de s’accuser soi- même. Ces trois points donnent l’indéfinie variété des relations humaines non conscientes. « Tu ne convoiteras pas », « tu ne tueras pas » s’appliquent au champ psychologique tout autant qu’aux actions concrètes. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Oui, à tous les niveaux de la réalité, notre prochain, c’est nous-même.

Ce triple mécanisme joue au niveau des sociétés autant qu’au niveau des individus. Une collectivité, l’Europe moderne, celle qui naquit au XVIIIe siècle avec la révolution industrielle, a jugé aveuglément les cultures asiatiques ou africaines. Ainsi, c’est cette société dite scientifique qui a, plus que toute autre — et même contrairement à toute autre — donné à l’homme une position supérieure et à la femme une position inférieure. Elle a été justement qualifiée de « virilo-centrique ». A partir de là, elle a vu l’oppression et le mépris de la femme là même où la femme était non seulement respectée mais vénérée. Cette société a développé et hypertrophié, de façon proprement monstrueuse, l’égoïsme et l’indifférence aux vraies demandes des autres. A partir de là, elle s’est crue investie d’une mission salvatrice pour le reste de l’humanité. Elle a refusé de voir l’hospitalité, la générosité, le sens du service de l’autre comme un devoir sacré, qui ont subsisté jusqu’à aujourd’hui en Orient et en Afrique. Une société fondée sur l’acquisition de l’avoir ne peut pas comprendre une société fondée sur l’apprentissage de l’être. 

 

Source : Extraits de : "Les Chemins de la Sagesse". Arnaud Desjardins

 

 

L'altération de la Réalité

Partager cet article

Repost 0

commentaires

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins