Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- C'est impossible, dit la Fierté - C'est risqué, dit l'Expérience - C'est sans issue, dit la Raison - Essayons, murmure le coeur - William Arthur Ward

 
 
- Le doute est le
commencement
de la sagesse - 
  Aristote

Recherche Articles

- Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui 2 loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l'amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l'avidité et la haine. "Lequel des 2 loups gagne ?" demande l'enfant. "Celui que l'on nourrit" répond le grand-père - Sagesse Amérindienne

On a deux vies, 
et la deuxième commence 
quand on se rend compte 
qu’on n’en a qu’une
Confucius 
 
Il n'y a que 2 types de personnes 
dans le monde :
des justes qui savent
qu'ils sont pécheurs,
et les pécheurs qui pensent
qu'ils sont justes 
 
Blaise Pascal
 
Ne vous souciez pas d'être
sans emploi ; souciez-vous
plutôt d'être digne d'un emploi
 
Confucius
 
L'archer a un point
commun avec l'homme
de bien : quand sa flèche
n'atteint pas le centre
de la cible, il en cherche
la cause en lui-même
 
Confucius
 
Vivre est la chose la
plus rare. La plupart
des gens se contentent
d'exister
 
Oscar Wilde

« Un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10 000 individus endormis et inconscients. » Gandhi

Le sage a honte de ses
défauts, mais n'a pas
honte de s'en corriger 
Confucius
 

 

6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 17:23

L'accent est mis sur 2 idées exprimées dans l'enseignement :


1) Notre être attire notre vie,
2) Nous ne nous connaissons pas nous-même.

Qu'est ce qui nous empêche de réaliser que ces deux points nous concernent ?


La réponse est simple. Dans le premier cas, c'est l'illusion de croire que dans une large mesure ce qui nous arrive n'est jamais de notre faute, c'est toujours la faute de quelqu'un d'autre. C'est ainsi que nous voyons les choses mécaniquement. Nous ne pouvons pas voir que la faute est bel et bien en nous. Par conséquent nous ne voulons pas changer notre être ni voir une quelconque connexion entre lui et ce qui nous arrive dans l’existence. En fait je crois que nous ne saisissons même pas que nous avons un être avec une limitation particulière...

Dans le second cas, c'est : "Mais bien sûr que nous nous connaissons ! Quelle absurdité de dire que je ne me connais pas moi-même." Qui pourrait précisément mieux me connaître que moi-même. C'est encore une totale illusion.


Et c'est avec de telles illusions que l'humanité est maintenue dans le sommeil et que l'usine à souffrance de la vie tourne à plein régime sur cette planète - en vain certes, mais par habitude et en raison de notre somnolence. Pourtant, il existe bel et bien des portes de sortie ; il y en a toujours tout au long des époques et l'enseignement ésotérique ne parle que de cela.

Mais bien peu de gens veulent trouver une issue car ils ne peuvent pas ou ne veulent pas voir que pour s'en sortir, ils devront entamer un dur travail pour changer en eux-même spécifiquement ce que la voie leur demandera de changer.

Ils ne s'observent pas et ne trouvent pas en eux-mêmes ce vers quoi pointe la pratique. Ils ont leurs propres idées sur eux-mêmes. Qui plus est, le réseau immensément puissant de ces illusions malignes sur eux-mêmes les empêchent de se connaître.

Il faut rajouter à ce constat une autre illusion nébuleuse comme quoi les choses ne peuvent que s'améliorer avec le temps - l'illusion de demain de "manana" contre laquelle Gurdjieff nous disait de lutter.

Donc nous devons vraiment nous y mettre - c'est ce que l'enseignement ne cesse de répéter - seulement nous l'entendons que très faiblement comme dans un profond sommeil. Au fait, savez-vous que vous êtes endormis ?

Maintenant vous allez voir que ces deux points ci-dessus - à savoir "votre être attire votre vie" et "nous ne nous connaissons pas nous-même" - sont étroitement liés.

En résumé, cela veut dire que vous imaginez connaître votre être. Mais c'est faux. Si c'était vrai, votre vie ne serait pas ce qu'elle est et l'observation de soi ne serait pas si nécessaire. Vous ne connaissez pas votre être et par conséquent vous ne savez pas pourquoi vous attirez le type d’existence qui est le votre. Si vous vous connaissez suffisamment, vous pourriez vous apercevoir que la forme actuelle que prend votre existence vous est nécessaire et que vous avez le pouvoir de la changer. Il n'y a que la pratique qui puisse changer votre être. En le sachant, en le reconnaissant et en vous l'appliquant à vous-même, tout ce qui vous arrive peut devenir intelligent et significatif. Considérez l'identification : en êtes-vous libre ? Regardez combien vous êtes identifiés en ce moment-même. Prenez le rappel de soi : le pratiquez-vous sans discontinuer ? Examinez un conflit qui dure toute une vie, un règlement de comptes quotidien avec les autres. Voyez les préoccupations interminables remplies d'émotions désagréables et négatives. Considérez ces deux géants, Amour-propre et orgueil, les dégâts qu'ils occasionnent et comment ils dégradent tout. Reconnaissez la jalousie et la haine. Considérez la peur que vous avez de ce que les gens peuvent penser de vous. Considérez votre violence. Considérez votre mensonge incessant...

Allez-vous dire que vous ne trouvez rien sur quoi travailler, rien sur cette voie qui s'applique à vous ?
Je n'ai cité que quelques thèmes mais est-ce que votre être en est libre ? Apparemment oui puisque les personnes me demandent souvent sur quoi il faut qu'elles travaillent...

La réponse est que, tout simplement, les gens ne s'observent pas eux même et demeurent dans l'aveuglement.

Ils sont généralement de grands "penseurs sensoriels" qui limitent la réalité à ce que leur propose leurs 5 sens sans tenir compte des idées relevant d'un tout autre niveau. Ils n'ont pas d'attention interne. Même si vous êtes un de ces penseurs sensoriels, un tout petit peu d'attention consciemment orientée vers ce qui se passe à l’intérieur de vous peut déjà vous surprendre et vous montrer combien vous connaissez peu votre être. Cela vous conduira à modifier votre représentation de vous-même. Ne voyez-vous pas que c'est votre idée de vous-même qui doit changer avant que vous, vous puissiez changer. En fin de compte, tôt ou tard, vous devrez voir clair en vous-même - vous : cette personne inventée que vous cherchez à maintenir mais à quel prix ? Ce "vous" qui n'est pas vous. C'est cela la connaissance de soi. A la mesure de vos efforts, vous deviendrez lucide sur les autres, leurs ruses, leurs manœuvres et leurs trahisons. Pourquoi ? Parce que vous le verrez en vous-même et que vous vous verrez en eux-mêmes.

Vous ne serez plus surpris ni indigné du comportement des autres, ce qui est d'ailleurs un rôle fastidieux et épuisant à jouer.

Nous cherchons à faire entrer la lumière dans nos ténèbres intérieurs. La lumière nous guérit. Elle situe les choses dans le bon ordre. Ce que nous cherchons c'est à être plus conscient de nous-mêmes. Par exemple je vous demande de découvrir en vous-mêmes ce que vous jugez si durement chez les autres. De cette manières, vous en arriverez à connaître ce qu'il y a dans votre être et que vous n'aviez encore jamais réalisé.

Lorsque j'ai rencontré cette voie, il y a plusieurs années, j'étais un élève de Jung à Zurich. Une des choses particulièrement utile qu'il enseignait est que chacun de nous projette une ombre psychologique et que le commencement du chemin vers une évolution intérieure réside dans la conscientisation de cette ombre. L'ombre est cette part de nous dont nous ne sommes pas conscients mais qu'en fin de compte nous devons rendre consciente - par la "souffrance consciente" qui s'attaquera à notre fierté et notre vanité. Il est indispensable de se confronter à cette ombre si nous sommes un tant soit peu sérieux. Bien entendu cela va beaucoup ébranler notre haute idée de nous-mêmes. Cette ombre, présente en chacun de nous, peut semer le désordre dans nos existences tant que nous en sommes inconscients. En tant qu'élément non reconnu de notre être et du fait que nous la refusons, elle attire une grande partie de ce qui nous paraît incompréhensible dans notre vie. Un homme sans ombre serait complétement conscient à lui-même. Il aurait souffert utilement.

Maurice Nicoll (né le 19 juillet 1884 à Kelso (Ecosse) et mort le 30 août 1953 à Great Amwell, près de Londres, est un psychiatre, écrivain et enseignant britannique.

Source : lettre d'Hauteville n°55

Partager cet article

Repost 0
Published by Maurice Nicoll - dans Développement personnel

- La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l'heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l'action - Swami Prajnanpad

L’Amour est le fondement
du monde. Où il a l’amour,
il y  a la paix, là où il y  a égoïsme
il y a misère et souffrance.
Apprenez de Mère Nature qui
donne d’Elle-même, même si
elle est exploitée par l’homme.
Faites de bonnes actions et
considérez les êtres comme
les enfants de la Mère Divine. 
 Amma

-Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d'une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C'est inutile d'attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout - Swami Prajnanpad

 

"Qui sème une pensée,

récolte une action ;

qui sème une action

récolte une habitude ;

qui sème une habitude,

récolte un caractère ;

qui sème un caractère,

récolte un destin."

STEPHEN R. COVEY

- Ceux qui savent assimiler la part de vérité de l'autre surtout si elle est contraire à la leur sortent du cercle infernal de l'ego. - Soeur Emmanuelle

 

 

 

 
 

Tout caillou est un diamant pour celui qui sait voir. Arnaud Desjardins